Retrouvez notre groupe
Une découverte : Le ski de Randonnée Nordique   16/03/2010

Se retrouver sur des skis n’est pas chose aisée lorsqu’on est un piètre skieur comme moi et ce même si les skis sont de type randonnée nordique.
 L’appel de l’aventure étant plus fort que mes appréhensions c’est  avec une impatience extrême que je me retrouvais les lattes aux pieds et une pulka dans le dos en route pour 5 jours de randonnée nordique à travers les hauts plateaux du Vercors.
Ah, le Vercors, celui-là même que nous avions traversé en 2004 chaussés de nos godillots avec les Amis de toujours. Lapiaz, Sciallets et autres déformations naturelles seront au rendez-vous mais sous deux mètres de poudreuse. Pas de sources à disposition, il faudra faire fondre la neige…
 Oh neige, blanche et pure tu …. Oui bon, une montée de trois heures nous attend …

Fini le confort douillet du gîte de Rousset, en route pour Le Paradis Blanc. Ou pour l’enfer du Grand Nord ?…

 C’est par la route forestière de Coche que nous passerons de 923m à 1365m d’altitude en atteignant le refuge ONF de Pré Grandu. La montée se passera sans histoire, sous un ciel couvert mais sans problème majeurs hormis les différents réglages musculaires traditionnels de début de rando.
J’utilise le terme rando car c’est en effet cette autre façon de marcher ancestrale qui va me conduire à travers les étendues blanches. Le mouvement de marche est omniprésent et si on ajoute la petite glisse supplémentaire c’est avec facilité que nous atteindrons le refuge de Pré Grandu.
Installation simple mais avec toilettes écologiques et feu de bois pour la chaleur et l’ambiance.
Djamel, notre guide nous bourre de conseils de prudence et de mise en garde. Le Vercors, il connaît ! 15 ans à arpenter les plateaux ça vous muscle le cerveau…
Premier topo du matériel utilisé et première constatation, il faut résister à l’humidité…
Transpiration, neige fondante, pluie et autres variations sur le thème de l’eau feront partie de notre aventure.
En parlant d’eau, le premier réflexe que nous nous imposons  après avoir délivré les duvets de leurs sacs de compression, c’est de prendre de la neige, de la faire fondre et de la laisser bouillir ensuite. Ce rituel journalier nous ne le lâcherons pas pendant 5 jours, matin et soir…
Se protéger de l’humidité est chose aisée avec le bon matériel, trop de soucis dans le passé m’ont poussé à opter pour des vêtements de qualité qui m’apporteront une totale satisfaction.
14 heures, nous replaçons nos pieds sur les skis et filons plein Est vers le Grand Veymont. Premières émotions en ouvrant la trace chacun notre tour dans la poudreuse. Une petite pluie nous tient compagnie et le terrain est tout en pente montante mais douce. Aucune difficulté donc pour atteindre la plaine du Pichet.
La pluie continuant de tomber, nous décidons de repartir vers Grandu. Génial, les montées deviennent descentes. Premières joies de la glisse et, premières galères…
Notre centre de gravité de néophytes, ayant la fâcheuse tendance de ne pas se placer au bon endroit, les chutes sont nombreuses mais malgré une fatigue due au stress, au voyage et à l’énergie brûlée à se relever de la poudreuse, c’est dans la bonne humeur que nous nous moquerons de nos déboires mais chacun se demandant néanmoins, comment nous allions faire avec les pulkas dans 2 jours…


Première soirée avec parties de Uno endiablées, fous rires et autres blagues de potaches, le groupe entre dans sa phase où les personnalités de chacun font que la sauce prend ou pas…Pas de soucis pour nous, ça prend.
Je profite d’un moment de solitude dans la chambre rudimentaire (non chauffée) pour faire un topo de mon équipement et tirer mes premiers constats. L’option surpantalon Gore Tex avec pare neige est parfaite. J’ai mon pantalon de rando  ( Shoeller ) dessous. Aucune humidité, hormis celle de la transpiration, dans les chaussures et ce malgré plusieurs immersion jusqu’au bassin dans la poudreuse. Pour le dessus,un Tshirt manche longue thermique et un Power Stretch me donne la chaleur (mais pas trop) sous ma veste Gore Tex Proshell. Je vire celle-ci dès l’arrivée au refuge pour enfiler une petite doudoune en Primaloft. Chaleur garantie. Pas besoin de changer les dessous, je ne suis que légèrement mouillé de transpiration et sécherai très vite sous la Puffligth.
Mon sac à dos Camp se fait oublier grâce à une ergonomie étudiée pour ce type d’activité. Ce sac me permet d’emporter ma pelle personnelle. Ah bon ? Une pelle ? Mais tu ne dors pas en bivouac… Non mais la première chose à emporter comme outil pour un déplacement dans la neige, c’est une pelle ! Je ne l’oublie jamais ! Et comme Alain Hubert, j’ai également une petite brosse pour balayer la neige sur les équipements.  Une brosse ?, n’importe quoi !…
Demandez-lui ce qu’il emporte pour ces explorations Artiques, vous serez surpris…
Tout va bien au niveau équipement et forme physique mais j’ai un problème avec l’eau. Neige fondue et bouillie donne un goût fade et franchement pas bon du tout. Résultat, je bois moins et mes urines ont virés à l’orange… Je dois mieux boire et faire un effort un buvant cette eau sous forme de thé, elle passera mieux. Mon thermos me servira beaucoup pendant le raid.
Soirée tranquille et sommeil profond pour cette première nuit.
Le lendemain, un ciel couvert nous obligera à ne pas prendre de risque en ne nous éloignant pas de notre refuge. Au menu une journée de 6 à 7 heures était prévue mais nous opterons pour une demi-journée d’exercices avec les skis. Raidillons montés, descendus. Conversions à gauche à droite, en montant, en descendant. Djamel nous assomme de conseils et nous progressons tous. Ces exercices nous serons ô combien utiles pour la suite. Nous avons même pu essayer l’élégance du Télémark ! Enfin, plutôt le Télémark sans élégance pour nous ! La très mauvaise météo de l’après midi nous empêchera de poursuivre notre apprentissage. Retour sans traîner mais en prenant beaucoup de plaisir sur le chemin du refuge. Adieu exploration vers la plaine de Quéry…
Un groupe de raquetteurs passera la nuit dans le second dortoir. Le refuge de Pré Grandu peut accueillir 17 personnes et la soirée sera bruyante mais très conviviale.
Bonne nouvelle, demain, quelque soit la météo, nous traverserons les Hauts Plateaux pour rejoindre le refuge des Chaumailloux.  Tant mieux, cet après midi de repos forcé n’a fait qu’attiser mon envie de grands espaces. Demain, la grande aventure commence.


Réveil matinal et petit déjeuner frugal. Préparation des Pulkas avec la nourriture et nos sacs. Rangement du refuge.
Les randonneurs en raquettes sont partis, le silence reprend ses droits . La nature nous appelle. Vite, les skis et la pulka sont en place. Il pleut, nous partons, direction sud est.
Nous marchons et glissons en silence en suivant la route du Rachier. Il neige un peu, la visibilité diminue. Il faut coller au train. Les flocons se font plus épais. Djamel surveille tel un berger, ses drôles de moutons. Le silence. Le bruit de la glisse. Avancer, ne pas traîner. Le vent se lève, le Grand Nord est là et nous sommes en plein dedans. Rester vigilant. Gare aux Lapiaz qui sont partout. On devine leur présence par le léger entonnoir que la neige a formé dans leurs entrailles. Tenir la courbe de niveau, ne pas gaspiller son énergie inutilement. Les skis font très bien leur travail et la pulka n’est pas gênante. Au contraire, elle apporte une certaine stabilité. Les petits raidillons se passent aisément. Les peaux sont indéniablement indispensables pour ce type de terrain. Nous frôlons les branches de sapins qui plient sous le poids de la neige. La tempête se calme un peu et nous passons Gerland d’un bon train. J’ouvre la trace depuis un moment quand soudain, les nuages s’écartent, le soleil apparait, le grand bleu est enfin de la partie. On tombe la veste et sortons les appareils photos. Nous sommes sur le sciallet de la Fontaine de la Plante. Pause midi. Nous devinons Pré Peyret au loin. Des randonneurs vivent leur aventure en filant vers la Grande Cabane. Le vent est de retour. Les vestes aussi. Il Neige. Nous filons vers Peyre Rouge. Le Mont Aiguille nous attend. La neige est bonne, nous passons près de La Jasse de Peyre Rouge. Djamel a repris les commandes. Nous ne traînons pas . Il nous faut atteindre Chamailloux au plus vite. Nous passons le Pas de l’Ours et dans la pente, en contre bas, entre les flocons, nous apercevons le refuge. Nous y sommes, il n’y a plus qu’à se laisser glisser. C’est tout sourire que nous prenons la trace de notre guide. Nous passerons la nuit au refuge ONF en contrebas de Chamailloux.
La neige tombe toujours, nous nous hâtons de dégager l’entrée, les fenêtres, décharger, rentrer les sacs, ranger les pulkas, allumer le feu, mettre de la neige à fondre, installer nos matelas et nos duvets. Cette journée de ski m’a rendu accro au SRN et je m’imagine déjà raconter cette aventure à mon petit garçon…
Adieu raquettes, mon choix est fait, je suis devenu skieur nordique avec pulka. Je pense déjà aux futures destinations, aux bivouacs, au matériel, à Amundsen et à ces peuples scandinaves qui depuis la nuit des temps ont utilisé ce mode de déplacement. Je suis un randonneur et j’aime ce sentiment de liberté dès que j’enfile mes godillots. J’ai eu aujourd’hui cette même impression avec mes skis. La raquette me plaisait beaucoup et je retrouve les mêmes sensations de marche mais qu’il est génial de se laisser glisser sans bruit dès que le terrain le permet…
La pulka est une compagne silencieuse et discrète. Pas de soucis de dos. Elle suit la trace sans broncher. Les virages se prennent large, histoire de ne pas brûler de l’énergie pour rien.
 Je suis prêt pour de nouvelles aventures hivernales…
Un appel de Djamel me sort de mes pensées, le thé est servi.


Nous quittons le refuge le lendemain vers 9hrs et sans les pulkas, nous attaquons l’ascension du pas de l’Ours mais en prenant la direction des ruines de Jasneuf. Ciel bleu au départ mais qui se couvre rapidement. La journée d’hier nous a donné de l’assurance sur nos lattes et les conversions très utiles dans les ascensions, nous font grimper d’un bon pas.
Pause de midi dans une bergerie car la neige est de retour. Des randonneurs en raquettes se joignent à nous. Convivialité montagnarde.
L’ascension se poursuit par le Jardin du Roi. Les raidillons très raides sont bien négociés et les descentes entre les sapins sont magnifiques. Le ciel est gris mais la visibilité est bonne. La neige s’est arrêtée de tomber. Nous atteindrons les 1900m près de la Croix du Lautaret et prendrons la direction de Chamousset tout en glisse. Le bruit caractéristique des peaux est comme une douce mélodie dès que l’on prend de la vitesse. Gaz, nous filons comme le vent !
Soirée tranquille et couchés avec les poules, demain une grosse journée nous attend. Le chemin du retour vers le Col du Rousset est au menu du jour.


Levés tôt, nous attaquons cette longue journée par le rangement du refuge, la préparation du matériel et les derniers remplissages de gourdes et thermos.
Retour au pas de l’Ours et passage à Prey Perret sous un beau ciel bleu. Nuageux mais bleu. Nous ferons la pause de midi au Pas des Econdus. La neige est excellente, nous avons bien progressé ce matin. La journée est encore longue mais personne ne se plaint. La reprise se fera par une abominable côte tout en dévers. Encore une fois, les skis et les peaux font merveille et nous passons l’obstacle sans difficulté particulière. Nous sommes sur la Montagne de Beure et déjà les pistes de skis sont visibles. Le Col du Rousset nous ramène à la réalité. Le rêve se termine. Nous continuerons la descente par la Combe Mouron. Direction Rousset. Dans un virage, une source. Je n’ai pas hésité une seconde, j’ai rempli ma gourde et me suis goulument noyé dans une eau enfin meilleure que cette neige bouillie…
Le final est un peu trop technique pour les corps fatigués mais nous atteindrons Rousset et notre gîte dans la bonne humeur malgré une neige moins abondante.
Fin de cette fantastique aventure dont les traces éphémères ont déjà été balayées par les vents…